ARCHITECTURE – Plus de trois ans après le lancement des travaux de restauration, la célèbre bibliothèque Al Quaraouiyine de Fès va bientôt rouvrir ses portes. Si les chercheurs y avaient toujours accès, celle-ci était fermée au grand public depuis des années.

Construite en 859, la plus ancienne bibliothèque du monde, qui renferme des manuscrits vieux de douze siècles, rouvrira ses portes en mai 2016, révèle sur son site la fondation TED, qui oeuvre dans le domaine de l’éducation et du partage du savoir.

C’est l’architecte marocaine Aziza Chaouni qui avait été chargée, en 2012, de réhabiliter le bâtiment qui tombait en ruines. Un projet ambitieux pour ce monument historique emblématique qui a vu passer entre ses murs les plus grands savants du monde arabo-musulman, d’Ibn Al Arabi au XIIe siècle à Ibn Khaldoun au XIVe siècle.

Fissures et humidité

« Quand je me suis rendue sur place, j’ai été choquée par l’état de l’endroit », confie Aziza Chaouni à la fondation TED. « Dans les pièces qui contenaient de précieux manuscrits datant du 7e siècle, la température et l’humidité étaient incontrôlées, et il y avait des fissures dans le plafond », précise-t-elle.

En 2012, la banque koweïtienne Arab Bank a a accordé une subvention pour la préservation du bâtiment au ministère marocain de la Culture, qui a demandé à Aziza Chaouni non seulement de restaurer les murs et de protéger les documents, mais aussi d’ouvrir la bibliothèque en tant que nouvel espace public, indique la fondation.

« Au fil des années, la bibliothèque a subi de nombreuses réhabilitations, mais elle souffre encore de problèmes structurels majeurs: un manque d’isolation et des carences dans les infrastructures comme un système de drainage bloqué, des tuiles cassées, des poutres en bois fissurées, des fils électriques exposés, etc. », indique Mme Chaouni.

Derrière les murs

L’architecte révèle aussi qu’elle a eu quelques surprises en « grattant » les murs, qui cachaient parfois une peinture ou une porte. « Nous avons aussi découvert sous le sol un système d’égouts centenaire », ajoute-t-elle.

Aziza Chaouni explique que la restauration a été complexe du fait de la fragilité de certains matériaux. Autre défi pour l’architecte: redonner au lieu son lustre d’antan, tout en lui conférant un cachet plus moderne. « Je ne voulais pas que le bâtiment devienne un cadavre embaumé! » Des panneaux solaires et un système de collecte des eaux pour l’irrigation des jardins de la bibliothèque ont été installés.

Le nouveau complexe comprend une salle de lecture, une salle de conférence, un laboratoire de restauration des manuscrits, une collection de livres rares, des nouveaux bureaux administratifs et un café. La coupole du XIIe siècle abritera des expositions permanentes et temporaires.

Source: http://www.huffpostmaghreb.com/2016/03/03/al-quaraouiyine-maroc-fes_n_9372276.html?1457003752

Laisser un commentaire

  1. Jean Claude Gillain

    Vous avez pleinement raison Mr Lahouari,il est vraiment dommage et presque inconcevable de ne pas pouvoir visiter la Quarawine,ne fusse que son patio,pour pouvoir admirer ce chef d’oeuvre architectural millénaire.
    De plus,toute ouverture est bénéfique,quelle soit culturelle,intellectuelle,politique ou spirituelle et surtout en ces moments troublés par des confrontations de toutes sortes.Nous devons tous oeuvrer pour l’ouverture de la Quarawine,qui rejaillira bénéfiquement sur la ville entière. Cordiales salutations de Fès.

  2. Djebbouri Lahouari

    bonjour,

    c’est dommage pour la visite de la Qaraouiyyine, nous souhaitions la visitée lors de notre passage à Fès. N y a t-il vraiment rien à faire pour que ce soit possible ? Nous attendions cela depuis si longtemps

    Venir à Fès pour la première fois et ne pas voir ce joyau culturel historique, quel dommage !

    Djebbouri Lahouari
    responsable culturel de l’ASCM – Orly

    Cordialement