Les travaux de la rencontre intitulée « L’esprit d’Al Andalous » pour le présent” et « le Festival de Fès de la culture soufie » se poursuivent dans l’enceinte du musée « Pergamon » à Berlin, offrant aux participants un voyage à travers l’histoire du soufisme, ses courants et sa propagation dans différentes contrées du monde.

festival_soufi2
Une table ronde, animée par le président du Forum des cultures en Allemagne, Rudolf zur Lippe, et la journaliste Felizitas von Schonborn, a été consacrée au concept du soufisme, les différentes étapes de son évolution et sa propagation dans le monde islamique pour en devenir une partie intégrante de son patrimoine. Les différentes interventions ont également mis la lumière sur les principaux maîtres soufis qui ont marqué de leurs empreintes l’histoire du soufisme à l’instar d’Ibn Arabi, Ibn Roumi, Ibn Rochd, Al Hallaj et autres, ainsi que sur les principes du soufisme fondés, entre autres, sur la vénération de Dieu, la connaissance et les vérités spirituelles.
S’exprimant à cette occasion, le président du Festival de Fès de la culture soufie (FFCS), Faouzi Skalli, a affirmé que la rencontre de Berlin est un prolongement de celle organisée à Fès en présence des amis, frères et sœurs en humanité, soulignant que le meilleur enseignement à tirer est de faire en sorte que l’esprit d’Al Andalous crée « une interaction de chacune de nos spiritualités avec d’autres cultures, arts et pensées ».
Skalli a de même considéré qu' »un tel espace est un creuset où on invite une notion ouverte de la raison qui crée une relation vivante et dialectique avec la sagesse et la spiritualité ». « C’est une raison, poursuit-il, qui explore les dimensions abyssales de l’amour et de la beauté. La beauté est la splendeur du vrai, disait Platon. Une raison qui va au-delà des limites fixées par la pensée aristotélicienne pour penser le contradictoire, le complexe, le poétique ». Pour lui, « les musulmans doivent aujourd’hui retrouver et comprendre ce paradis ou paradigme perdus, celui où l’Amour peut reprendre ses droits philosophiques pour redevenir une valeur spirituelle commune ».
De son côté, Abdellah Ouazzani, chercheur de la pensée islamique et du soufisme, a passé en revue les différentes confréries (Torouq) soufies qui ont été fondées à travers l’histoire, notamment celle qui a été connue dans la région du Maghreb comme la Tariqa Kadiriya qui remonte à Abdelkader Jilani (470-561) ayant vécu en Irak et inhumé en Iran, ajoutant que les disciples de cheikh Jilani ont continué à propager sa tariqa en Asie et en Afrique et dans plusieurs régions du monde.

Source: http://www.libe.ma/Festival-de-Fes-de-la-culture-soufie_a65316.html

Laisser un commentaire