le-sommet-des-consciences-lance-lappel-de-fes

Des autorités morales du monde entier se sont réunies jeudi à Fès pour la deuxième édition du «Sommet des consciences» sur le climat, quatre jours avant la date cruciale de la conférence de la COP 22 de Marrakech.

Pour interpeller les consciences et le sensibiliser au respect de l’écologie, des leaders religieux et spirituels de confessions et de courants philosophiques divers, des autorités morales, culturelles, des intellectuels et des scientifiques, en un mot, les sages de l’humanité, se sont donné rendez-vous, jeudi 3 novembre, dans la capitale spirituelle du Maroc, la ville ancestrale de Fès. Ils se sont retrouvés pour le «Sommet des consciences pour le climat», dont la deuxième édition est organisée par le Conseil économique, social et environnemental (CESE), en collaboration avec la Rabita Mohammedia des oulémas, sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi
Mohammed VI.

Après une première édition qui a eu lieu à Paris en juillet 2015, ce Sommet se veut être un rassemblement des leaders qui ont pour ambition d’interpeller les patrimoines spirituels et les consciences éthiques dans leur diversité pour élaborer les bases d’une nouvelle conscience écologique partagée. Réunis dans la capitale spirituelle, ils ont lancé «l’Appel de Fès», à la veille de l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris sur le climat qui entre en vigueur aujourd’hui le 4 novembre et à moins de quelques jours du lancement des travaux de la COP 22.
Ainsi que l’a souligné le président du CESE et président du comité scientifique, Nizar Baraka, qui s’est exprimé au nom du comité de pilotage de la COP 22, ce Sommet se donne pour principal objectif d’unir les voix et de synthétiser les engagements des autorités morales et religieuses. Cette deuxième édition, a-t-il appelé, doit répondre à trois exigences.

Elle doit être, en premier lieu, une tribune pour faire entendre la voix des consciences en écoutant d’abord les uns et les autres et les multiples expériences sur le plan écologique. Elle doit faire du dialogue des religions et des cultures une voie pour élaborer les alternatives écologiques. Elle doit, ensuite, permettre de faire «souffler un vent d’espoir» tout en agissant pour la valorisation du patrimoine des ancêtres en lien avec la nature et le climat. Et ce, à la lumière des engagements et des défis de l’Accord de Paris ainsi que des objectifs du développement durable à l’horizon 2030. Pour cela, il faut associer les enfants et les jeunes en tant qu’acteurs déterminants pour la sauvegarde de l’avenir de la terre et de l’humanité, a-t-il insisté. Cette deuxième édition doit enfin se mettre à produire le changement à travers des actions durables en trouvant des solutions bénéfiques à tous, sur la base du respect des droits et de la dignité humaine en vue de la réalisation d’un droit écologique universel. L’Appel de Fès, adopté à l’issue de ce sommet, sera soumis aux décideurs et aux négociateurs des pays qui prendront part aux travaux de la COP 22 à Marrakech.

Source: http://lematin.ma/journal/2016/le-sommet-des-consciences-lance–l-appel-de-fes/257374.html#sthash.sMcTq2Nh.dpuf

Laisser un commentaire