La question de la promotion du tourisme dans la région de Fès-Meknès était au centre de la dernière rencontre entre les professionnels du tourisme (CRT-Fès) et le ministre de tutelle, Mohamed Sajid. Cette réunion a permis aux deux parties de présenter une liste de recommandations visant à doper le tourisme et promouvoir la destination.

Ainsi, le vice-président du Conseil régional du tourisme (CRT), Moulay Ahmed Sentissi, a mis l’accent sur la nécessité d’oeuvrer en parfaite coordination entre les différentes provinces de la région, le ministère, le CRT et l’ONMT pour la mise en valeur du produit touristique local, la consolidation des infrastructures d’accueil et l’élaboration d’un plan d’action à même de faire de la nouvelle région (Fès-Meknès) un pôle d’attraction aussi bien pour les visiteurs étrangers que pour le tourisme national.

Les recommandations présentées devant Sajid, en présence notamment de Lamia Boutaleb, Secrétaire d’Etat en charge du tourisme, et Saïd Zniber, le wali de la région, invitent à la relance des projets des zones touristiques d’Oued Fès, Wislane et Zalagh. «Nous avons également demandé un appui aux projets d’écotourisme et produits du terroir à Ifrane, Sefrou, Taounate, Azrou et Taza.

Pour cette dernière, la réouverture des grottes de Friouato serait d’un grand apport», rapporte Sentissi. Et de poursuivre: «l’accompagnement du ministère pour le tourisme de bien-être à Moulay Yacoub, le golf, la chasse et la pêche pourrait booster l’activité de l’arrière-pays».

En attendant, il faut activer le traçage des sentiers et la mise à disposition des cartes et supports digitaux. Idem pour l’organisation d’une foire régionale des produits du terroir, l’activation des packages pour le tourisme religieux, et la création d’une liaison aérienne entre Fès et Dakar. Cette idée est vivement acclamée par les responsables de la ville qui reçoivent fréquemment leurs homologues des villes sénégalaises.

Et justement, afin de renforcer les liens d’amitié avec les pays d’Afrique, des semaines culturelles et gastronomiques au Gabon et Kenya sont au programme. «Nous préparons des éductours, workshops, et émissions TV axés sur le développement du marché africain», confie Sentissi qui est aussi président de l’association des restaurateurs.

Pour lui, la région Fès-Meknès pourrait également intéresser les touristes de l’Europe de l’Est principalement la Pologne, la Hongrie, et la Turquie. D’où l’idée de vouloir programmer des vols directs avec ces destinations. Sentissi a rappellé à juste titre l’engouement créé grâce aux 140 rotations hebdomadaires de l’aéroport Fès-Saïss. En fait, suite à un contrat co-marketing acté entre l’ONMT et la compagnie aérienne Air Arabia.

Cette dernière a lancé, en partenariat avec l’Office, 14 nouvelles dessertes entre Fès et les principales villes européennes. Les nouvelles liaisons concernent Lyon, Strasbourg, Bordeaux, Rome, Amsterdam, Londres et Barcelone. Ces nouvelles lignes vont permettre à la ville d’avoir une capacité globale de 126.000 sièges au départ des marchés à fort potentiel.

La finalité est de convertir la bonne perception de la destination en flux touristique en actionnant l’aérien au départ des différents bassins émetteurs. En outre, la création de nouvelles dessertes domestiques avec Casablanca, Agadir, Dakhla et Errachidia promet un bel avenir pour la destination Maroc Centre. En tout cas, Sajid a promis d’y travailler dans les plus brefs délais.

Par ailleurs, les opérateurs misent sur le renforcement des moyens de communication, la programmation de manifestations sportives et culturelles (golf CRT cup), la promotion du tourisme religieux, la participation aux foires et salons, la professionnalisation des métiers du tourisme, ainsi que la consolidation du calendrier culturel et d’animation.

Pour ce dernier volet, les professionnels du tourisme soulignent que leur secteur est déjà plombé par quelque 17 taxes et impôts. «Et le Bureau marocain des droits d’auteurs (BMDA) vient de nous taxer sur l’animation musicale ou TV.
Bizarrement, cette taxe est adressée à tous les établissements y compris ceux qui n’ont aucune animation», dénoncent-ils.

En savoir plus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.