Tout porte à croire que la ville de Fès aura un bel avenir. Les chantiers qui seront lancés vont certainement renforcer l’attractivité de la capitale spirituelle. Pour le premier responsable de la ville, «le rôle des autorités publiques est de mettre en place l’environnement propice à l’investissement, mettre en avant et injecter les ressources financières publiques nécessaires, et c’est au privé de suivre». A ce titre, El Azami encourage la construction d’un hôtel 5 étoiles et un palais des congrès au quartier Champs de courses. Du fait que «le lot de terrain dédié propose des prix de foncier qui défient toute concurrence». S’agissant des autres projets, El Azami promet de véritables avantages offerts pour tout investisseur…, retirés à tout spéculateur.

C’est un «non» catégorique de Driss El Azami El Idrissi. «Non. Le maire n’a pas délégué ses pouvoirs à AOF», dit-il. Et d’expliquer: «l’aménagement de la voirie nécessite une certaine compétence, comme nombre de projets d’infrastructures». De ce fait, ces projets, d’un montant global de 500 millions de DH, ne peuvent être exécutés que dans le cadre d’un partenariat. La logique du conseil communal de la ville de Fès, de concert avec les autorités locales et centrales, est de faire émerger un partenariat réel autour de deux principaux axes. Le premier concerne l’aménagement des grandes avenues ainsi que les rocades. Le but étant d’assurer une véritable mise à niveau urbaine. Ce volet sera financé principalement par les ressources du ministère de l’Intérieur. Il sera exécuté dans le cadre d’une maîtrise d’ouvrage déléguée par Al Omrane. Ceci étant, la Commune est le maître d’ouvrage. En outre, un comité assurera le suivi de tous les projets. «Il suivra tous les détails que ce soit le choix des projets et leur priorisation, ou bien la mise en œuvre des projets, le suivi et le contrôle des chantiers», souligne le maire. Le 2e axe, selon lui, concerne les quartiers sous-équipés. S’inscrivant dans le cadre d’un partenariat, notamment avec le ministère de l’Habitat, ce projet nécessitera également quelque 500 millions de DH. Un montant qui servira à l’équipement de différents quartiers relevant des six arrondissements de la ville, à l’exception de l’Intramuros. Car, l’ancienne médina bénéficie d’un autre programme.

 

En savoir plus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.